Skip to content

Horizons Arts Nature en Sancy

Patrick Foulhoux

Patrick Foulhoux

patrick.f@scarlettemagazine.com

La 14ème édition d’Horizons Arts Nature en Sancy qui se tient jusqu’au 1er novembre, comprend 10 œuvres monumentales exposées en pleine nature sur le site du Sancy.

Le designer brésilien Thiago Antonio propose un satellite déchu en forme d’oiseau émettant des sons. Cette œuvre incarne les quelques 20 000 satellites désactivés encore en orbite autour du globe.

Les Français Axelle Verglas et Maxime Cosson ont conçu une œuvre tubulaire baptisée Oscillations de plus de 16 mètres de long pour un diamètre d’1,80 m. Faite de sangles bicolores, de câbles, de tendeur et d’un tube d’acier, Oscillations a la particularité, quand le vent s’engouffre à l’intérieur, d’émettre des sons. Ce qui rend l’œuvre spectaculaire quand le promeneur traverse le tube.

Oscillations d’Axelle Verglas et Maxime Cosson © OT Sancy

Floating Forest du Français Martial Marquet et du Tchèque Vojtech Nemec évoque le transport du bois par voie fluviale avant l’arrivée du transport routier. L’œuvre est installée en pleine clairière et est éclairée la nuit.

Marie Perra et Mégane Millet Lacombe du Collectif Alphonse ont disposé leurs Horizons basculés sur un sommet. L’installation consiste en 5 grandes balançoires qui permettent de voir l’horizon sous différents angles.

Matthieu Pilaud et Pierre-Lou Didelon ont mis au point Entresort, une œuvre géométrique mettant le paysage en perspective, un module à voir de l’intérieur et de l’extérieur, effet d’optique garanti.

Entresort de Matthieu Pilaud et Pierre-Lou Didelon © OT Sancy

La plasticienne Anne Poivilliers recrée le Temps zéro, la naissance du monde pour le dire autrement, avec une structure élaborée avec des bandes de tissu en coton et des filins d’acier.

Les Maisons succès du Japonais Jun-Sasaki représentent trois maisons primitives bâties sur sept pieds incarnant tout ce qui fonctionne par 7, peut-être même les 7 péchés capitaux, allez savoir.

Le designer allemand Alex Werth a réalisé à l’aide d’une imprimante 3D des champignons qui poussent sur les arbres pour symboliser l’interactivité entre deux êtres a priori différents mais de nature semblable.

La Britannique Kate Studley pose la question de l’obsolescence de l’art au même titre que n’importe quel objet ou d’équipement d’usage courant. Pour Once Used, Once Taken, elle utilise des arbres comme support. La mousse, l’herbe et les champignons qui croitront durant la durée de l’exposition participeront à l’évolution de l’œuvre.  

Étudiants en architecture, Benoît Besançon et Pierre Mensa ont mis au point Tic-Tac-Glou, une création naturelle de 40 mètres de long à base de bambous et de corde utilisant l’eau comme force mécanique pour actionner des instruments à percussion. Une installation qui varie selon le débit de l’eau.

Tic-Tac-Glou de Benoît Besançon et Pierre Mensa © OT Sancy

Bonne promenade.

Horizon Sancy : https://www.horizons-sancy.com/

Espace commentaire

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Les derniers articles publiés