Skip to content

Le vin d’Annie SAUVAT : in vino veritas

Delphine Zamai

Delphine Zamai

delphine.z@scarlettemagazine.com

L’esprit du vin distille parfois les traits de caractère de celui ou  de celle qui l’élabore. Les vins d’Annie Sauvat évoquent dignement son tempérament. Une femme naturelle et élégante, pragmatique et sensible, humble et solaire, dont les valeurs d’honnêteté, de simplicité, de liberté et de raffinement inspirent l’identité de ses vins.

Situé à Boudes, à 50 km au sud de Clermont-Ferrand, dans le vignoble des Côtes d’Auvergne, cette viticultrice indépendante bichonne depuis 32 ans  dix hectares de vignes  exposés plein sud sur un coteau à forte pente où s’épanouit un terroir argilo-calcaire sous un couronnement basaltique.

Des principes rigoureux et un sacerdoce

Les vignes sont enherbées depuis une vingtaine d’années. Annie Sauvat  travaille avec du souffre fleur ou liquide, utilise du cuivre et élabore son  propre compost pour amener de l’engrais organique. Bourreau de travail, un salarié occasionnel lui donne un coup de main régulièrement mais ses journées de douze heures,  sept jours sur sept, entre taille, piochage, embouteillage et communication ne lui ménagent  que peu de temps pour sa famille ou sa passion pour l’art contemporain. Annie utilise même ses talents artistiques pour dessiner ses étiquettes de bouteilles ! La vie de viticultrice n’est pas un long fleuve tranquille. Sans compter sur la sécheresse de l’année 2019 qui a décimé  70 % de sa production.

Annie Sauvat
Crédits photos Delphine Zamai

Son credo : l’expression du terroir

De nombreuses techniques contemporaines viticoles visant à complexifier les arômes du vin  éclipsent le goût du raisin. Là où le commerce fleurit,  la cohérence se dissout. Annie Sauvat  n’aime pas les vins de planche : « ces vins Parkerisés étaient à la mode dans les années 2000, des vins sentant plus le bois que le goût du fruit, des vins uniformisés, oublieux du terroir » fulmine-t-elle. La viticultrice recherche la finesse des arômes, l’élevage en barrique doit se sentir dans la subtilité. Le  bois des tonneaux diffère selon les cépages utilisés et elle chauffe ces derniers  selon les nuances aromatiques qu’elle veut y apporter.

Annie ne mâche pas ses mots concernant l’utilisation de levures artificielles : « Aujourd’hui,  les gens recherchent l’exacerbation des arômes. Certains viticulteurs ajoutent des levures exogènes alors qu’elles sont présentes naturellement sur le grain de raisin. Cet apport est autorisé dans les AOC même en bio, et permet de retrouver dans certains blancs des arômes d’agrumes extrêmement marqués, ou dans des Gamay  un côté « bonbon anglais ». Mais la levure artificielle fait disparaitre les aromes originels du vin, son terroir. La dégustation  est certes flatteuse, mais c’est purement commercial ! » confie-t-elle.

Cuvée Demoiselles Annie Sauvat
Crédits photos Delphine Zamai

SCARLETTE a sélectionné pour vous :

Demoiselle  2018  (Médaille d’argent concours Vins de Loire 2019) : un joli nez délicat avec des arômes de petits fruits rouges de framboise, cassis. Une finalité des notes épicées et de poivrées.Une bouche fruitée avec une structure souple, délicate, gouleyante et des tanins fins et ronds.

Météor 2018 (Médaillé 2019 Concours agricole) : un vin de copain : un gamay de terroir aux arômes de poivre et d’épices autour d’une bouche soyeuse et voluptueuse. Un vin jeune, humble  et gourmand, un bois-moi, l’expression de la convivialité entre copains.

Nymphéa  2018 : un coup de cœur ! Un Pinot élevé 14 mois en barrique. Un millésime solaire, mais peu tannique.  Un vin élégant aux notes subtiles de sous-bois. Nez dans la  finesse avec des notes de petits fruits rouges, de cerises kirshées. En bouche, une matière soyeuse de la fraîcheur et des notes de pruneaux confiturés, de raisins secs avec une petite pointe de réglisse au final. Belle longueur en bouche.

Cuvée Sirius  2018 (Liquoreux) : un Gamay liquoreux, voilà de l’originalité ! Annie élabore ce vin de France sans appellation en surmaturant ces raisins sur paille pendant 4 à 6 mois. La déshydratation du Gamay  force la concentration en sucre. Une gourmandise fruitée !

Anthéus 2018 (Chardonnay)  Un blanc multi primé ! Élevé en barriques sur lie fines, le nez frais et fruité révèle des notes de fruits grillés. Des arômes de fruits confiturés et une finalité persistante, complexe et riche avec des réminiscences de notes vanillées. Déjà introuvable !

https://www.sauvat-vins.com/

Cuvée Nymphéa Annie Sauvat
Crédits photos Delphine Zamai
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Les derniers articles publiés