Skip to content

La Vache Qui Lit, l’Auvergne racontée aux enfants

Patrick Foulhoux

Patrick Foulhoux

patrick.f@scarlettemagazine.com

Formidable idée qu’a eue la Cantalienne Patricia Rochès de lancer La Vache qui Lit, une maison d’édition jeunesse pour expliquer les richesses dont regorge l’Auvergne aux enfants.

Patricia Rochès a créé sa maison d’édition en janvier 2008 à partir d’un simple constat : « L’envie m’est venue en m’apercevant que je connaissais mal mon territoire. Devenue maman, j’avais envie de raconter nos richesses à mes enfants comme aux petits Cantaliens et à tous ceux qui découvraient la région. » Passionnée par le viaduc de Garabit auquel elle avait déjà consacré un livre, l’auteure éditrice s’est dit qu’elle en réécrirait bien un autre en s’adressant cette fois aux enfants, mais aussi aux adultes. « Ainsi est née l’idée de La Vache Qui Lit. C’était d’abord raconter le viaduc de Garabit aux enfants. J’avais réalisé à quel point le viaduc était un ouvrage d’art exceptionnel qui avait marqué le monde du génie civil. On l’avait là, sous les yeux, dans le Cantal, et je n’en avais même pas conscience. » Patricia Rochès a trouvé le nom de sa maison d’édition à la suite d’une séance de brainstorming avec une amie. « Le Cantal, l’agriculture, les vaches et le lien avec la lecture, c’est venu comme ça. »

Raconter le Massif Central

Plus que le Cantal, l’éditrice s’attache à raconter l’histoire du Massif Central dans sa globalité. « Grâce à son relief particulier, le territoire a donné lieu à des réalisations exceptionnelles. On a aussi sorti un livre sur le viaduc de Millau qui est le pendant du viaduc de Garabit. C’était le même défi à relever. » Le Massif Central pour Patricia Rochès ne se limite pas aux frontières administratives de l’Auvergne, il comprend l’ensemble du massif montagneux : « le plus vaste de France qui s’étend sur 6 régions : l’Auvergne, le Limousin et une partie de la Bourgogne, du Languedoc-Roussillon, de Midi-Pyrénées et de Rhône-Alpes. Comme je suis auvergnate et cantalienne, mes ouvrages sont plus consacrés à ces départements-là. » Les sujets traités sont divers et variés. Après le viaduc de Garabit, Patricia Rochès s’est penchée sur l’histoire de Michelin dans un autre domaine, sur la lentille blonde de Saint-Flour, sur le viaduc de Millau donc, sur un Auvergnat célèbre : La Fayette (traduction en cours pour le marché américain) ou sur l’histoire du papillon azuré : « C’est l’histoire d’une symbiose entre un papillon qui vit en zones humides et qui a besoin de la gentiane des marais. C’est sur cette fleur et seulement sur cette fleur qu’il pond. Des choses incroyables peuvent avoir lieu, du fait de l’être humain ou du fait de la nature. C’est ça qu’on s’attache à raconter dans nos livres. Le message de La Vache qui Lit, c’est de montrer aux enfants que tout le monde peut le faire. » Patricia Rochès peut conter ces belles histoires durant des heures. Pour cela, rien de tel que de s’en remettre à ses très jolis livres qui ne s’adressent pas qu’aux petits à bien y lire.

Lecture sur quatre genoux

Au lieu du classique format “portrait”, la Vache Qui Lit a opté pour le format “paysage” dit à l’Italienne. « C’est pour pouvoir le partager sur quatre genoux. Le livre sur les burons est un parfait exemple. Les enfants ne savent pas généralement ce qu’est un buron. S’ils lisent avec leur père ou leur grand-père, le livre posé sur leurs genoux, ça incite l’adulte à raconter ses histoires personnelles au petit. Le but n’est pas uniquement de lire le livre, c’est aussi de partager des choses et de discuter à propos de sujets qui ne viendraient pas naturellement à l’esprit des enfants. »

Livres illustrés abordables

Si Patricia Rochès signe les textes de la plupart des ouvrages édités par La Vache Qui Lit, les autres étant signés par des auteurs pas forcément auvergnats, les illustrations sont l’œuvre de plusieurs auteurs, tous auvergnats. L’éditrice fait en sorte que ses ouvrages soient 100 % made in Auvergne. « Notre imprimerie est proche de Clermont-Ferrand. Le plus loin où on ait été, c’est dans l’Ain. C’est aussi une des valeurs portée par La Vache Qui Lit, travailler avec les locaux pour participer au développement de l’économie locale. Je ne gagne pas d’argent sur ces livres. Le but est de les rendre disponibles à des prix très abordables. » On trouve les livres en vente sur le site de La Vache Qui Lit ou dans les points de vente indiqués sur le site également.

Site : La Vache Qui Lit

Espace commentaire

guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
De Smet Sylvie
De Smet Sylvie
4 mois il y a

Bravo ! Super bonne idée.
Ma petite fille de 6 ans qui commence à lire au CP vient chaque été en vacances chez moi sa Mamy et adore être ici dans le Cantal. Je pourrai donc lire et la faire lire les aventures de la vache qui lit.
Merci beaucoup

Sexton Catherine
Sexton Catherine
4 mois il y a

Bravo pour cette initiative qui permet aux jeunes de découvrir et valoriser leur patrimoine. Toutes mes felicitations à Patricia.

Jocelyne Cussac
Jocelyne Cussac
4 mois il y a

Très intéressée pour un beau partage avec mes petits enfants !
Je vais sur le site en courant.
Une question….peut on trouver ces livres en librairie locale ?
Félicitations et merci pour les idées que vous transmettez.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Les derniers articles publiés