Skip to content

La Sneaker : histoire d’une icône de la mode.

Gian-Pietro Aniello

Gian-Pietro Aniello

gian.a@scarlettemagazine.com

En ce lundi, je ne vais pas vous parler des barres chocolatées à la cacahuète mais de chaussures. Et plus précisément de « sneakers ». A travers l’histoire de 5 modèles devenus mythiques.  

Là où tout commence.

Faisons d’abord un peu d’histoire. Si pour un grand nombre d’entre nous, les premiers contacts avec les sneakers remontent au collège (le porte-monnaie des parents est alors confronté lui  aussi à ce phénomène de mode), elles sont en réalité bien plus vieilles que cela puisque les premières baskets apparaissent à la fin du 19ème siècle. Vous vous en doutez, à l’époque, elles ne ressemblent en rien à celles d’aujourd’hui. 
Les choses évoluent une première fois au début du 20ème, lorsque la United States Rubber Company, plus connue sous le nom de Uniroyal (filiale de Michelin) décide de scinder ses activités de travail du caoutchouc. Et en 1916 l’entreprise américaine crée la marque Keds qui lancera la première paire de chaussures à semelle flexible 1 an plus tard. En gros Keds, c’est la première marque de sneakers.
Tiens j’y pense, pourquoi sneakers ?? Les Keds grâce à leur conception (semelle souple + tige en toile) permettaient de se déplacer sans faire de bruit. To Sneak signifiant se déplacer furtivement, arriver par surprise (donc sans bruit). le mot Sneakers est né !

Converse Chuck Taylor All Star

En 1917 toujours, une seconde paire de baskets fait son apparition. Il s’agit de la Converse A11 Star qui deviendra la Converse Chuck Taylor All Star en 1932.
A l’origine la chaussure est développée pour les joueurs de basket-ball (elle sera d’ailleurs la chaussure de la majorité des joueurs pros américains jusque dans les années 60) mais à partir du milieu des années 50 on la trouve en dehors des terrains. James Dean les portera durant tout le tournage de La Fureur de Vivre ; on verra la Chuch Taylor aux pieds d’Elvis, de Mick Jagger et ses acolytes. Plus près de nous, Kurt Cobain ou Andy Wahrol porteront ce modèle créé il y a 104 ans !  Et ce qui est le plus frappant avec cette Sneaker c’est qu’elle est intemporelle : son look est resté le même depuis 1917 et elle n’a pas pris une ride.

Adidas et la Stan Smith

Nous sommes en 1964. Adi Dassler a fondé Adidas (contraction de Adi et Dassler) en 1949. Après s’être intéressé au foot, la marque passe au tennis et sort la Stan Smith en 1964 modèle toujours au catalogue 57 ans plus tard! Chaussure hyper confortable, que l’on peut porter avec presque tout, elle plait à toute la famille, des plus petits aux plus grands.  
Le saviez-vous ? La Stan Smith s’est d’abord appelée la Chaussure de tennis Robert Haillet de 1964 à 1978 du nom du tennisman français  qui a conçu ce modèle pour la marque.

Puma et la Suede

Rudolf Dassler – qui n’est autre que le frère d’Adi Dassler – crée Puma en 1948.
En 1968, c’est au tour de Puma de sortir un modèle iconique : la Suede. C’est le premier succès commercial de la marque. La chaussure entrera dans l’histoire la même année lors des JO de Mexico.
Tommie C.Smith et John Carlos coureurs américains d’origine africaine et membres des Black Panthers terminent 1er et 3ème du 200m. En montant sur le podium Smith et Carlos lèveront le poing (revêtu d’un gant noir) et poseront leur paire de Puma Suede à leurs pieds. Ce geste politique fort qui leur vaudra le bannissement de l’équipe nationale américaine scellera la légende de la Suede.

Ce coup réalisé par Puma nous ferait presque oublier qu’Adidas a sorti 3 de ses modèles les plus emblématiques dans les années 1960 :
– la Stan Smith
– La Gazelle lancée en 1968 en réponse  à la Puma Suede
– La Superstar  lancée en 1969
Des modèles  toujours au catalogue aujourd’hui.
Le saviez-vous ? Le succès de la Superstar est étroitement  lié au groupe de rap Run DMC qui a dédié un titre à sa sneaker fétiche : « My Adidas». Run DMC est le premier goupe de l’histoire de la musique a obtenir un contrat d’endorsement de la part d’une multinationale. Montant du contrat : 1 million de dollars.  

Nike et la Nike Air Jordan

En 1982, Nike investit à son tour les terrains de basket avec la Air Force 1, modèle mythique qui va dès son lancement éclipser la Puma Clyde et la Superstar d’ Adidas. Deux ans plus tard, Nike fait le casse du siècle et signe un jeune joueur de basket-ball prometteur sur le point de s’engager avec Adidas : Michael Jordan.
De novembre 84 à mars 85, il jouera avec la Nike Air Ship, une chaussure (coûtant 35$!!) restée tristement anonyme et qui est en fait le premier modèle porté par Jordan en NBA. 
Le modèle a été réédité en 2020 et sa côte sur le marché de la revente a explosé. 
A partir de 1985, il portera la Air Jordan 1, basket qui a écrit une partie de l’histoire de Nike. Au total, 23 modèles seront créés pour Jordan jusqu’en 2009 ! Aujourd’hui Nike Air Jordan est une filiale de Nike  qui rapporte beaucoup, beaucoup d’argent.

Nike Air Max 1

Un autre modèle phare de Nike, conçu à la base pour la course à pied en 1990.
C’est Tinker Hatfield architecte d’intérieur de Nike, devenu designer pour la marque qui sera chargé de créer la Air Max 1
Hatfield en bon archi qui se respecte s’inspirera du Centre George Pompidou pour ce modèle et notamment pour l’ouverture de la semelle qui laisse apparaître le coussin d’air.
Modèle plébiscité par les amateurs de « vintage », la Air Max 1 sera déclinée en de nombreuses versions, homme, femme et enfant.

La Sneaker : déclinaisons et collaborations.

Le business de la sneaker est en plein boom depuis quelques années  et Nike, Adidas et les autres l’ont bien compris. Les modèles les plus populaires sont de plus en plus proposés en « quantités limitées » afin de créer une exclusivité.

Les collaborations sont aussi le moyen pour les marques de renforcer ce caractère d’exclusivité.
Collabs avec des artistes, de jeunes designers ou avec d’autres marques, les marques rivalisent d’idées pour sortir la collab de l’année, celle qui fera d’une paire de sneakers un modèle ultra recherché.
Beyoncé ou Pharell ont récemment collaboré avec Adidas.
Nike travaille depuis plusieurs années avec le rappeur Travis Scott  dont les chaussures s’arrachent à prix d’or à la revente.
La marque de Beaverton a aussi fait une collaboration complètement improbable avec la marque de glaces Ben & Jerry’s en 2020. Le résultat ? Je vous laisse le découvrir dans la photo ci-dessous. Sachez simplement que la paire s’est revendue 30 fois son prix d’achat sur les plate-formes de revente.

Pour faire vivre leurs modèles phares, les marques les  déclinent également dans tout un tas de coloris
La Air Force 1 que je cite plus haut a connu 1700 déclinaisons depuis sa sortie en 1982 ! La Air Max 1 a elle aussi connu d’innombrables déclinaisons depuis son lancement pour séduire tous les membre de la famille. 

Où acheter les sneakers?!

Pour acheter ces paires, il faudra passer par des « raffles », un tirage au sort en fait qui vous permettra d’acquérir la paire tant désirée. Ces raffles ont lieu le plus souvent sur les comptes Instagram des revendeurs, sur des sites internet ou via les « App » des fabricants.
En tant que sneaker addict (j’ai 26 paires….) je privilégie SNS, End et Nike SNKRS (même si le site de Nike est bien bien trop fréquenté).
Sur Insta, je suis plusieurs magasins de skateboard (beaucoup pour être honnête) qui font très régulièrement des raffles pour la Nike Dunk SB, un des modèles que j’aime le plus chez Nike et qui est très prisé d’une manière générale.

Le business est aussi florissant pour les resellers. Il ne s’agit pas de magasins mais de personnes comme vous et moi qui vont se procurer les paires les plus recherchées et les revendre. Soit immédiatement après l’achat ou plus tard. Leur objectif : faire le bénéfice le plus élevé possible, plus ou moins rapidement en fonction du temps qu’elles garderont les chaussures. Certains revendront au bout de quelques jours ; d’autres au bout de quelques semaines, mois voire années…..
Et pas question de les porter ! Les sneakers doivent rester dans leur emballage d’origine, les lacets accrochés à un œillet, avec le papier de protection. La boite aussi doit être impeccable sinon la valeur à la revente baissera drastiquement.

Le petit lexique du sneaker addict

Si l’univers de la Sneaker vous intéresse, vous allez vite être confronté-e à des termes jusqu’à l’heure inconnus et qu’il faut absolument connaître au risque d’être vite perdu-e dans une conversation. En voici quelques-uns (peut-être les plus courants), mais la liste est bien plus longue.  

COP : ça signifie tout simplement acheter (et oui, le mot est dérivé de l’anglais cop, policier).
COP or DROP : question que l’on pose pour savoir si les membres d’un groupe FB vont ou non acheter la prochaine paire à venir.
DS : signifie qu’une paire n’a jamais été portée.
Fake : la paire est fausse.
Legit Check : on demande aux membres d’un groupe si la paire proposée à la vente est authentique.
LPU : signife Last Pick Up, le dernier achat d’un snearker addict.
Raffle : le fameux tirage au sort qui permet d’acheter la paire tant convoitée.
Rock : c’est porter une paire de snearkers. « Une paire ça se rocke ! »
La liste comme je le dis plus haut est longue et vous trouverez tous les acronymes utilisés dans lemonde de la sneaker ici : 
https://sneakheart.fr/lexique-sneaker/

Des sneakers auvergnates, ça existe ?

Au risque de vous décevoir, il n’existe pas de sneakers auvergnates ? Pourquoi ? Tout simplement parce que les sneakers sont des chaussures de sport dont on va détourner l’usage pour les porter « à la ville » et tous les jours.

Par contre, il existe deux marques de baskets auvergnates :
La première c’est UBAC, la marque de Mathilde Blettery et Simon Nicolas que Lucie notre rédactrice en chef préférée vous présentait dans son article du 16 mars dernier. Voici le lien : www.scarlettemagazine.com
Pour les trouver c’est ici : 
ubac-store.com

La deuxième c’est Caval, marque créée par le clermontois Achille Cazagnes (et ses amis Simon et Benoît). Adepte des sneakers lorsqu’il était au collège, il se dit pourquoi ne pas porter une paire de chaussure avec un pied droit et un gauche de couleur différente ?? (ce qui l’obligeait à acheter la même paire en plusieurs coloris).  La première paire qu’il « mélangera » c’est la Puma Clyde.
Aujourd’hui CAVAL propose des collections de baskets dépareillées, fun et plutôt chics qui plaisent à des personnalités comme Estelle DENIS, Romain Grosjean (pilote de F1), Marion Grosjean ou Emmanuel Valls.
Pour découvrir la marque et ses modèles, c’est par là : caval.fr

J’espère que cette incursion dans l’univers de la Sneaker vous aura plu. Pour aller plus loin sur ce sujet, et si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Ce sera avec plaisir que je vous répondrai (si j’ai la réponse bien entendu)

Diadora N9000 In Vino Veritas 800 exemplaires dans le monde.

Espace commentaire

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur pinterest
Pinterest
Les derniers articles publiés