Comment matcher sur un site ou une appli de rencontre ?

Abonnée

Vous êtes célibataire ? Votre couple est en bout de course ? La « bonne résolution » phare : « s’inscrire sur un site de rencontre »! Mais comment matcher sur un site ou une appli de rencontre? Photo ou pas photo ? Je mets quoi dans ma bio ? Le casse-tête commence.

 Pas de panique, Scarlette va vous aider à démêler le bon grain de l’ivraie (sss) dans les supermarchés de la drague.

Les sites de rencontres, parfois ça marche. PARFOIS. Chaque année, The Knot (US) mène une enquête spécifiquement auprès des jeunes mariés qui placent les sites de rencontre comme le principal moyen de rencontrer sa moitié (22%). Les rencontres par le biais d’amis et dans le cadre du travail représentent respectivement 19% et 17 % des couples.

Love sunday is in the air

Chaque année, durant la première semaine de janvier, les sites de rencontres enregistrent des sommets de fréquentation. Un jour en particulier retient l’attention des développeurs : le premier dimanche de l’année. Au point d’avoir son propre nom : « Love Sunday ». Les raisons sont multiples : La pression sociale que nous a mis la tante lourdingue avec sa question fétiche « les amours ç’en est où ? », le réveillon avec les couples d’amis qui veulent absolument caser la célib’ qui garde les sacs. Et puis notre baiser sous le gui, il était où? Enfin bref, c’est décidé, vous allez claquer le beignet de la tata aigrie et vous inscrire sur un site de rencontre. C’est pas la meilleure des motivations mais soit, Scarlette se doit de vous aider dans cette quête des guilis dans le ventre. Il faudra juste savoir quand s’arrêter, accepter le ghosting, se mettre en avant tout en restant fidèle à vos valeurs.

Ce que dira ton pseudo, tu assumeras

Séduire grâce à son pseudo c’est le premier pas vers la victoire. Choisissez-le minutieusement avec dans l’idée que « vous n’aurez pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression ». Il doit vous ressembler, être original. Puisez dans vos passions, trouvez un nom, un adjectif qui vous caractérise le mieux. Parce qu’une fois que Chaudièredu12 sera en ligne, ne vous plaigniez pas que BradPittdu24 vous lance « Ingrid, est-ce-que tu baises ? ».

Être honnête avec toi-même, tu seras

Votre première crainte, c’est de tomber sur un serial fucker. Spoiler alert : Il y en a partout, à la ville, à la campagne, mais ce qui peut faire peur sur internet c’est de ne pas le voir venir. Tapis dans l’ombre tel le grand méchant loup à l’affût de la brebis égarée. La meilleure façon de s’en protéger est d’annoncer la couleur d’emblée dans votre description. Vous pouvez directement miser sur le hashtag #MMM qui signifie « Mixed Marvelous Minds », soit « mélange d’âmes merveilleuses » en français. Il prône la liberté sexuelle en mettant en avant la bienveillance, la communication et les relations inclusives. Depuis peu, le hashtag #teamendive prône, lui, le consentement pour un monde plus safe, dans la bienveillance et le respect. Usez et abusez-en.

Dans ta bio, tu ne mentiras point

Sans grande surprise, la bio compte tout autant que la photo ! Par contre, il ne suffit pas de dire que vous avez un chat et que vous aimez boire des verres entre amis. Il est conseillé d’écrire une petite présentation avec un minimum d’originalité. Misez sur les informations personnelles mais aussi des figures de style comme des métaphores et des anaphores. N’hésitez donc pas à libérer la poète qui sommeille en vous !

Annoncer la couleur dans le titre, tu feras

Si vous avez la possibilité de rédiger un titre, n’oubliez pas qu’il s’agit de la deuxième chose la plus importante après la photo. Décrivez-vous en une phrase accrocheuse, semblable à la bio d’Instagram. Mystérieuse ? Coquette ? Conservatrice ? Coquine ? Le premier qualificatif vous définiera et annoncera la couleur de votre recherche.

Ta photo la plus "toi", tu choisiras

Posez-vous cette question : quelle est la première chose que vous regardez chez un membre ? Sa photo, évidemment ! Alors oui, vous êtes de celles qui disent que « ce qui compte c’est la beauté intérieure »… blablabla. Au delà du physique, une photo reflète quelque chose de la personne, et c’est déjà un indice. Pour vous, choisissez une première photo de type portrait qui permettra à la personne de se focaliser sur votre visage avant tout. Choisissez une deuxième photo de vous en pied. Enfin, une troisième photo plus fun serait bienvenue. On évite les photos de vos animaux de compagnie, les photos floues, les photos de groupe. Parce-que s’il craque pour votre voisine vous viendrez pas pleurer.

Ta santé mentale, tu préserveras

Même s’il y a des belles histoires à écrire depuis un smartphone, on parle moins souvent des effets néfastes que peuvent avoir ces applications, notamment sur la santé mentale.

L’estime de soi pourrait être impactée, notamment à cause de l’importance du paraître. « Lorsque nous sommes représentés uniquement par ce à quoi nous ressemblons, nous commençons à nous regarder de manière très similaire : en tant qu’objet à évaluer », analysait Trent Petrie, professeur de psychologie à l’Université de North Texas, dans le magazine Time.

Un autre phénomène qui a rapidement été constaté sur les applis de rencontres : la peur du rejet. En s’y inscrivant, il faut être prêt à se prendre des râteaux à la pelle, ce qui n’est pas facile à accepter pour tout le monde. Le « ghosting » (le fait de soudainement ne plus avoir de réponse et d’être laissé dans le vent) est roi. Certaines personnes peuvent mal à le vivre.

Enfin, vous pourriez souffrir d’un état d’épuisement, comparable à un burnout. Il y a un côté addictif à ces plateformes et on peut très vite passer plusieurs heures par jour à voir défiler les profils. Cela demande du temps et de l’engagement pour des résultats qui ne sont pas toujours là.

À quelle heure se connecter ? Pour les femmes, l’heure de pointe culmine un peu après 21h. Pour les hommes, un peu plus pressés, le pic se situe aux alentours de 20h.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’auberge du pont

Et si on levait le mystère …?